gestion-des-emotions-tunnel-infernal

LA question à se poser lorsque l'on éduque son enfant

On s’en pose plein des questions lorsque l’on devient parent. Couches lavables ou jetables? Allaitement ou biberon? Cododo ou lit seul? On le garde ou on le rend? Les choix éducatifs donnent lieu à de nombreux débats, que ce soit avec nos ami(e)s, notre famille, voire même avec notre conjoint(e). Les choix comportementaux sont aussi analysés au peigne fin. Ce qui a le don soit d’agacer, soit de nous perdre davantage dans le flot de conseils émanant de toute part. L’éducation est faite d’essais-erreurs, essais-réussites, on tâtonne, on trouve des solutions et piouf, notre bambin a grandi et on recommence à tâtonner, essayer, recommencer. L’essentiel, c’est de garder un cap. Je suis le chef de chantier de ma famille, je bâtis les murs porteurs, et tous ensemble, nous construisons les murs en placo, la déco, l’agencement des pièces… Se poser des questions en éducation, c’est signe que l’on cherche à faire de notre mieux. Interroger sa propre enfance, ses croyances, ses façons de faire permettent de faire le point, de changer de direction lorsque c’est nécessaire. C’est ok de ne pas toujours savoir comment réagir, c’est ok d’avoir des doutes sur notre pratique. La vraie question à se poser lorsqu’on est face à un choix éducatif, c’est « est-ce que cela sert ma relation avec mon enfant »? Est-ce qu’en faisant ceci ou cela, ça contribue à alimenter le lien entre mon enfant et moi? Est-ce que si j’agis ainsi, cela nourrit notre relation? Si la réponse à l’une de ces questions est non, c’est qu’il est temps de changer de façon de faire! La bonne nouvelle, c’est qu’il est toujours temps 🙂 En séance de coaching, nous apprenons à faire des choix éducatifs nourrissant la relation parents-enfant, nous apprenons à gérer nos émotions, à démarrer le lâcher prise, on prend du recul, de la hauteur, on analyse les situations conflictuelles pour les transformer en situations relationnelles. Prêt(e) à enclencher le changement?